La famille de l'Incarnation

La famille de l'Incarnation

menu

Accueil > Spiritualité > Portes d’entrée pour une spiritualité de l’Incarnation > A l’Ecole de l’Incarnation : accueillir le temps présent "Aujourd’hui et (...)

Other languages :   es  

A l’Ecole de l’Incarnation : accueillir le temps présent "Aujourd’hui et Ici"

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

5 ème porte d’entrée

Présentation

C’est ici, et pas « ailleurs », dans « l’aujourd’hui et ici », selon l’expression du P. Baudouin, que Dieu vient à nous de multiples façons. C’est là que nous avons à le rencontrer et à l’accueillir.

Le feuillet « Grain de moutarde », n°5, présente ainsi « l‘aujourd’hui et ici » :

C’est d’abord une question de réalisme ... C’est aussi une des lois de l’Incarnation située dans le temps, dans une histoire, dans un pays, dans une famille ...

"AUJOURD’HUI"
Je n’ai pas à choisir "le présent" que Dieu me donne. Mon "aujourd’hui" il me reste à en faire le temps de ma foi.

"ICI"
Il faut un temps de discernement pour mettre un lien entre une situation précise et la "Providence" car toute situation n’est pas forcément voulue par Dieu, et il y en a qu’il nous faut combattre !
"Ici" ... L’invitation est double :
Ne pas rêver d’un ailleurs qui me disperse et me dispense d’agir ... M’appuyer sur la réalité de ce qu’il me faut vivre aujourd’hui pour me construire et construire l’avenir.
Toute fidélité suppose et nécessite des changements car notre première fidélité est attention à notre aujourd’hui et aux hommes et aux femmes de notre temps.

Le P. Baudouin.

« Prenons le siècle comme la Révolution l’a enfanté, nous entrons dans une ère nouvelle » (le P. Baudouin dans les Souvenirs de la Mère Saint Laurent)

"Ce n’est point le temps de penser aux carmélites ni autres couvents. La Providence vous a mise là, sanctifiez-vous là. Souvent on se trompe en pensant autre lieu et autre temps. Aujourd’hui et ici ! C’est plus conforme à Dieu. Ne divisez pas votre âme, ma fille. »
(Lettre de L.M.Baudouin à sr St Cyprien 13 octobre 1931)

Dans la 1ère Règle :

« Dieu nous donne le temps présent pour le bien employer ;s’il vuet que noous achevions, il nous donnera l’avenir nécessaire. »

Il écrivait à l’abbé Gaboreau, un de ses confrères et fils spirituels, désireux d’une vie missionnaire dangereuse en terre étrangère :

"Pour être propre aux desseins de Dieu, il faut d’abord s’acquitter avec exactitude et avec paix de l’emploi qu’il nous confie, sans penser à autre chose qu’à plaire à Dieu, pour la gloire de Jésus et le bien de notre Mère la sainte Eglise ; tenir son âme comme une toile sous le pinceau du peintre, un papier blanc sous la plume de l’écrivain ; travailler à avoir une grande pureté de cœur, c’est-à-dire ne commettre aucune faute avec vue. (1er janvier 1818)

"Je loue votre zèle, mon bien cher fils. Il serait bon et beau et glorieux de mourir martyr en apostolisant les idolâtres ou les juifs ( ... ) Prenons la place que nous donne le Maître du logis. Faisons valoir le talent ; nous aurons ici nos combats ( ... ) (11 février 1818)

A une religieuse :
"Ne nous promenons pas dans de grandes choses comme dit le psaume. Sanctifions-nous et marchons simplement dans les choses communes de notre emploi. .. La voie contraire est une illusion." (31 décembre 1823)

La pierre carrée

" Je voyais l’autre nuit une belle pierre carrée, elle semblait être précieuse ; elle était carrée sur toutes ses faces. On la mettait partout et de tous les côtés, elle était solide, et comme elle était fort grande et pesante, elle se faisait sa place partout où on la mettait. Si on la jetait sur des épines, elle les écrasait sous elle et restait là solide ... On la mettait sur et entre des fleurs, elle y restait ; on essaya de la mettre aux murs d’un bâtiment, partout où elle était posée elle y convenait ... Ainsi, mes enfants, devenez carrées, si vous ne l’êtes pas. J’en vis une autre qui était toujours trop longue ou trop courte, elle ne pouvait se placer nulle part. On me dit que c’était une religieuse de Pons qui s’occupait trop du passé et de l’avenir. Le présent n’était jamais bien pour elle ... Qui potest capere, capiat "(13 mai 1810)

Du P. Pécot, fmi , fondateur des Sœurs de l’Immaculée
Aujourd’hui, faisons les tâches d’aujourd’hui, laissons les tâches de demain pour demain.
(cité dans Clartés sur la plaine, p. 125)

Le Trésor commun

Les réponses à l’enquête adressée aux familles religieuses et aux laïcs s’inspirant de la spiritualité du P. Baudouin font souvent mention de l’importance de vivre « l’ici et maintenant » selon une spiritualité d’Incarnation.

Bien vivre « l’Aujourd’hui et ici » :

-  Nous situe dans notre « cercle » d’humanité,
L’expérience humaine indique quelques repères qui peuvent aider à garder les pieds sur terre.
Ici et aujourd’hui.
Il revient à chacun de se situer dans son « cercle » d’humanité ! Cette humanité quotidienne a des visages et des noms. Elle constitue des milieux, des quartiers, des villages, des familles des voisinages, des équipes professionnelles, etc… Elle est le plus souvent diverses comme le sont les races et les cultures. Elle est parfois foule anonyme. … Elle est notre premier environnement. Humanité limités ?.. A notre mesure donc.

-  Nous invite à vivre l’instant présent
Vivre chaque jour de façon positive.
Etre dans l’instant présent.
Se recentrer.
Etre plus dans la relation à l’autre, présence à l’autre.
Avoir le ton juste.
Un engagement au quotidien.
Avoir le souci de vivre le quotidien avec vérité, justesse , accueil, simplicité, sérénité, ouverture .

- Nous invite à ouvrir les yeux
Ouvrir les yeux devant les événements quotidiens pour percevoir les urgences et les premiers signes de vie, prêtes à donner de notre vie, ce que nous pouvons apporter.

  • pour voir les évènements comme des chemins d’Incarnation
  • pour saisir les germes de vie
    être attentifs aux semences du Verbe mystérieusement caché dans toute expérience authentiquement humaine.
    voir l’Esprit de Jésus au travail.
  • pour découvrir où surgit l’amour et la tendresse de Dieu, la souffrance de Dieu 6
    Etre guetteur au milieu des frères et des sœurs pour découvrir où surgit l’amour et la tendresse de Dieu, la souffrance de Dieu.

-  Nous invite à collaborer avec Dieu
Vivre l’ici et le maintenant …collaborant avec le Dieu de tendresse et de miséricorde, pour ensemble faire un monde, une société, un peuple, beau, heureux, comme Lui l’a créé.

Fait aussi partie du Trésor commun le chant du P. Gaétan de Courrèges :
Prenons ce temps tel qu’aujourd’hui l’enfante…

Parole de Dieu : « grain de moutarde à mâcher »


- Mt 6, 25-33 sur "les soucis" :
comment accueillir ces paroles de Jésus pour nous aujourd’hui ?

- Eph5, 15-16 « Ne vivez pas comme des fous, mais comme des sages. Tirez parti du temps présent, car nous traversons des jours mauvais. »

- dans le Notre Père : Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Que voulons-nous dire ?

Pour une pratique

Accueillir le temps présent comme le « temps que Dieu me donne » ne veut pas dire que je dois toujours penser à Dieu dans tout ce que je fais, ce n’est ni possible, ni souhaitable. Cela peut dire simplement : bien faire ce que j’ai à faire, « l’amour du travail bien fait », avoir le cœur ouvert et accueillant à ceux et celles que Dieu me donne de rencontrer…

- Réfléchir sur mon « quotidien » familial, social, professionnel :
- comment je le vis ? satisfait, insatisfait ? rêveur ? nostalgique ?
- comment je suis attentif aux autres ? aux appels ?

- avec la prière du Notre Père :
- le matin : s’arrêter sur la demande du pain et lui donner un contenu personnel, selon notre situation du jour, ce que nous prévoyons, nos préoccupations, nos soucis…
- le soir : s’arrêter sur la demande et prendre le temps de remercier pour le pain du jour accordé…