La famille de l'Incarnation

La famille de l'Incarnation

menu

Accueil > Fils de Marie Immaculée > Nos lieux de mission > Venezuela > Communauté de Valle de la Pascua

Communauté de Valle de la Pascua

JPEG - 9.6 ko
P. Virgilio GALINDO RODRIGUEZ

Virgilio GALINDO RODRIGUEZ curé de la Paroisse de la
Santissima Trinidad à Valle.
email

René BOSSARD à la Paroisse de la Santissima Trinidad à Valle.
email

Jose Angel FILIPINO curé de la paroisse Saint Martin de Porrès
email

François Boucard, responsable de la communauté.email

Les F.M.I. à LA PASCUA

La communauté FMI de La Pascua va bientôt fêter ses 20 ans d’existence et de présence dans cette ville de l’intérieur située à environ 300 kms au sud de Caracas et qui compte plus de 100 000 habitants. La communauté FMI a été inaugurée le 11 août 1990 lorsque la paroisse de la Sainte Trinité de Valle a été confiée aux Pères Michel Baty et Maurice Poiroux.

JPEG - 8.2 ko
P. Michel Baty

La P. Michel arrivait de la Dominique (Antilles anglaises) où il avait vécu plus de trente ans. Il raconte…

Voici comment se fit la création de la nouvelle maison religieuse F.M.I. au Vénézuéla, dans la ville de Valle de la Pascua.
Après trente ans de mission dans les Antilles anglaises, où je parlais anglais et créole, j’arrivai au Vénézuéla en octobre 1989. J’allais avoir soixante ans. Et il me fallait apprendre l’espagnol. Un prêtre espagnol m’encouragea en ma disant : « Quoi, toi, à soixante ans, tu veux apprendre l’espagnol ! Sais-tu qu’ici, nous avons un dicton qui dit : Un vieux perroquet ne peut pas apprendre à parler !…
Après presque deux mois de cours à Caracas, j’allai à l’intérieur du pays où se trouvaient d’autres Pères FMI : les Pères Felipe, Poiroux et Boucard, chacun en trois différentes paroisses distantes de 50 à 80 kilomètres l’une de l’autre. En jeep j’allai les rejoindre et ils m’envoyèrent à Cabruta, petite ville au bord de l’Orénoque, à environ 200 kms plus au sud. Là, je pourrais améliorer mon espagnol avec les religieuses de la congrégation de Sainte Anne, qui étaient en charge d’une paroisse de sept mille habitants sans prêtre résident. Je devais les aider pour le temps du carême et de Pâques….J’y demeurai cinq mois, heureux d’être en contact constant avec les gens…
Les Pères Maurice Poiroux et François Boucard me demandèrent alors d’accepter de prendre en charge l’une des paroisses de la ville de Valle de la Pascua. Cette paroisse n’avait pas de prêtre résident ni de presbytère. Il y avait une église et nous logerions dans la sacristie qui servait aussi de bureau paroissial et de cuisine… Des constructions étaient en cours pour une maison mais les fondations étaient arrêtées faute d’argent…

JPEG - 10.8 ko
P. Maurice Poiroux

J’acceptai d’être le curé avec le P. Maurice Poiroux comme vicaire. C’est ainsi que le 11 août 1990, nous prenions possession de la paroisse de « La Sainte Trinité » en même temps qu’était reconnue la fondation d’une Maison Religieuse F.M.I. par l’Evêque du lieu, en accord avec le Supérieur Général de la Congrégation.
Valle de la Pascua avec ses cent mille habitants, y compris les faubourgs et les villages environnants, comprenait alors quatre paroisses. Deux paroisses avaient un prêtre résident. Des religieuses de la congrégation de Sainte Anne étaient en charge de la troisième et nous devions en assurer le culte. A la paroisse de la Sainte Trinité, dont les FMI prenaient la charge, des prêtres venaient y résider seulement pendant quelques mois.
Nous logeons à la sacristie, sous un toit de tôles qui nous gardait dans une bonne chaleur de plus de 40°… Il fallait poursuivre la construction d’une maison habitable.
Grâce à un comité très dévoué, tout en luttant pour trouver de l’argent, un an et demi plus tard, nous avons notre maison…

P. Michel BATY

JPEG - 21.1 ko
Paroisse de la Sainte Trinité à Valle de la Pascua
JPEG - 4.9 ko
P. Jose Angel Filipino
JPEG - 33 ko
San Martin de Porres