La famille de l'Incarnation

La famille de l'Incarnation

menu

Accueil > Spiritualité > Portes d’entrée pour une spiritualité de l’Incarnation > L’incarnation : une école de liberté

Other languages :   en     es  

L’incarnation : une école de liberté

Toutes les versions de cet article : [English] [Español] [français]

4 ème porte d’entrée

Temps d’accueil

C’est la 4ème « porte d’entrée » proposée pour un itinéraire de formation dans la Famille de l’Incarnation. On peut rappeler les trois premières :
- l’Incarnation, mystère à admirer,
- l’Incarnation école de vie,
- l’Incarnation, école de prière.

Le P. Baudouin

Dans une lettre du 14-11-1816, le P. Baudouin écrit :

« Le cœur jouit d’une grande liberté lorsque Jésus en est l’unique nord. »

Comme la boussole qui indique invariablement le nord permet au voyageur de s’orienter, l’école de l’Incarnation, selon le P. Baudouin, en nous orientant vers Jésus, le Verbe Incarné, chemin de vie, nous permet d’avancer sur ce chemin avec une grande liberté. Nous sommes alors sur une bonne voie, quoi qu’il arrive. Voici comment le P. Baudouin parle de ce chemin, dans un chapitre intitulé :

De la liberté des enfants de Dieu ou de la latitude de cœur.

Cette latitude ou liberté de cœur est d’accomplir la volonté de notre Père avec promptitude, avec joie et avec aisance, comme celui qui marche dans un chemin large, sec et uni. Cette latitude se sent mieux qu’elle ne s’exprime. Le cœur large n’est jamais embarrassé ; il ne veut que Dieu : "Je suis venu, dit Jésus, pour accomplir la volonté de mon Père", rien d’autre ne peut l’occuper. Comme il ne voit en tout que la Providence de Dieu, et qu’il ne veut que cela, il n’est jamais étonné, il ne se trouve jamais à l’étroit. Les obstacles à cette latitude de cœur sont :
1° l’empressement ;
2° trop d’occupations ;
3° la multiplicité des péchés véniels, car les mortels nous rendent absolument esclaves. (Règle sablaise, ch. 8
)

Une liberté de cœur qui permet d’avancer dans la vie avec joie, avec aisance comme sur un chemin large, sec et uni…avec un cœur large n’est jamais embarrassé, jamais étonné, jamais à l’étroit !
On croit rêver : le P. Baudouin proposerait-il un idéal inaccessible pour des hommes et des femmes qui vivent dans une société pressée, empressée, bousculée, « minutée » Le P. Baudouin veut plutôt nous orienter vers une liberté qui s’apprend, une liberté à conquérir avec humilité, docilité, souplesse :

« Cette liberté de cœur ne peut exister sans une humilité véritable et un détachement absolu. » 20-12-1820, à Mère Saint-Benoît

« Tenir son âme comme une toile sous le pinceau du peintre, un papier blanc sous la plume de l’écrivain ; travailler, avoir une avec grande pureté de cœur, c’est-à-dire ne commettre aucune faute avec vue. »1-1-1818 à l’abbé Gaboreau

« Nous sommes de l’argile, qu’il fasse, ce maître ouvrier, ce sage et infiniment sage ouvrier, qu’il fasse de nous un plus beau ou un moindre vase, réjouissons-nous de sa divine volonté ! Fiat, fiat ! seulement que nous trouvions grâce devant lui, pour n’en être jamais séparés ! » 1818 au Père Ecarlat

. Le Royaume de Dieu est partout : dans quelque position intérieure et extérieure qu’on se trouve, on peut faire sa perfection. On voit tout en Dieu, par Dieu et avec Dieu, et on se trouve à l’aise, même dans les choses les plus contrariantes. Mais on travaille beaucoup et on n’avance pas, parce qu’on ne suit pas ces principes. Ces choses sont profondes, mes chères filles, méditez-les, comprenez-les, pratiquez-les, et vous aurez la paix… 23-12-1820 à toute la Congrégation

Témoignages du Trésor Commun

sur « la liberté des enfants de Dieu ou latitude de cœur ».
Rappel : l’enquête organisée en 2003 en vue de constituer la Famille de l’Incarnation invitait les membres de nos familles religieuses et tous les groupes de laïcs « associés », « amis du charisme » ou constitués en « fraternités », à creuser le trésor de notre spiritualité en retrouvant « les expressions du vécu qui disent l’Incarnation ».

LLes réponses à l’enquête ont montré l’attachement des « disciples » du P. Baudouin à cette orientation spirituelle de notre fondateur sur la « latitude de cœur ».

La Spiritualité de l’Incarnation est un chemin de Dieu qui exige de nous de développer trois points fondamentaux pour la vie de tout chrétien : la prière, l’admiration et l’action, afin de découvrir la présence du Verbe Incarné en chacun de nos frères et sœurs.
Pour cela, chaque membre de la fraternité doit passer par une école
- qui forme, éduque, engage et nourrisse la prière, spécialement par la contemplation, l’offrande et l’action de grâces.
- qui nous enseigne à être humbles face aux autres, pour regarder avec pureté d’esprit chacun des événements qui surgissent autour de nous.
- qui nous enseigne le chemin de la liberté des fils de Dieu pour agir en son nom, avec l’aide, la solidarité de l’autre, sans empressement, avec calme et surtout grande charité.


Pour vivre la ‘latitude de cœur’

- Ruminer la Parole de Dieu pour en vivre au quotidien dans l’humilité, la douceur, la latitude de cœur.

- Vivre le moment présent.

- Vivre le " ici et maintenant " : « Prenons ce temps tel qu’aujourd’hui l’enfante. »

- Etre présent au présent : l’ordinaire, le « ici et maintenant ».

- S’adapter à l’évènement comme Louis-Marie Baudouin.

- Etre, se trouver et vivre l’ici et maintenant de ce que le Seigneur nous
montre à travers les évènements.

- Accueillir les différences dans un climat de liberté, de franchise, de confiance, de respect mutuel visant à rendre l’autre heureux. Plus " l’autre différent " sera accepté, plus notre adoration prendra sens et plus elle pourra devenir " trésor commun " qui constitue la Famille. Plus ce sera un appel pour d’autres qui auront envie de venir faire partie de cette famille qui fait vivre. - Rester dans le questionnement.

- Renouveler son jugement (Romains 12).

- Etre à l’aise et donc mettre les autres à l’aise.

- S’ajuster pour comprendre les autres, les événements. - Marcher à l’aise, ne pas vivre frustré par des commandements régis de l’extérieur et subis, mais vivre libéré par des paroles de vie.

- Etre dans le réel et partir de l’acceptation de l’autre, de soi, des événements pour s’adapter, pour faire du neuf, pour créer.

Parole de Dieu.

« Ruminer la Parole …
pour vivre la latitude de cœur. »

- Rom 8, 14-17 : l’esprit que nous avons reçu…
- Gal 5, 13 : c’est à la liberté que vous avez été appelés.
- Lc 12, 22-32 : ne vous inquiétez pas…Cherchez d’abord…
- Ps 85, 11 : montre-moi Seigneur, ton chemin…
- Ps 130 : Seigneur, je n’ai pas le cœur fier…

Pratique

« Cette latitude se sent mieux qu’elle ne s’exprime », écrit le P. Baudouin.
La sensation de la marche sur un chemin sec et uni ne peut s’éprouver qu’en la vivant, et en la pratiquant, en marchant…en apprenant cette marche…

- un regard sur notre expérience : repérer des moments, des jours dans ma vie où je me suis senti « à l’étroit », d’autres où j’ai « marché à l’aise comme sur un chemin large, sec, uni… ».

- pour vivre le « ici et maintenant », apprendre à relire sa vie :
à chacun de trouver le bon moment pour cela, chaque jour… chaque semaine…pour se poser, s’arrêter, se mettre sous le regard de Dieu,
non pour faire un bilan du positif ou de négatif dans nos journées ou notre semaine
mais pour faire de nos journées, semaines… une prière de merci et de pardon,
et pour discerner ce qui dans nos journées peut être « obstacles à la latitude de cœur » comme « l’empressement »
ou « le trop d’occupations ».

- apprendre à ruminer la Parole comme une source pour la liberté de cœur.