La famille de l'Incarnation

La famille de l'Incarnation

menu

Accueil > Actualités > Appel à la vie religieuse > La Culture de la Vocation est bien vivante au Canada

Other languages :   en  

La Culture de la Vocation est bien vivante au Canada

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Il y a beaucoup d’opportunités enthousiasmantes au Canada pour encourager la Culture de la Vocation. Sr Mary Clare Stack met en lumière quatre d’entre elles.

De la Chambre Haute au campus universitaire de de Toronto

En janvier 2014, j’ai eu le privilège de passer un mois dans le silence et la prière, dans un minuscule Centre de Retraite nommé : « La Chambre Haute », à Toronto.
Pourquoi est-ce que je dis « minuscule » ? Seules, deux personnes peuvent y passer la nuit, à n’importe quelle période de l’année ; cela favorise la contemplation et le calme.

JPEG - 50.9 ko
Mary Clare Stack

En marchant à vive allure, le Centre est à une quinzaine de minutes de l’Université de Toronto et de la Communauté Newman : présence d’étudiants catholiques sur le campus Universitaire. Tous les jours, en dépit d’un froid à vous briser les os, en moyenne -30 degrés, s’il n’y a pas de vent glacial, je suis allée à pied à Newman pour participer à l’Eucharistie. La foi des étudiants était palpable ; de jeunes adultes originaires du monde entier, venus pour acquérir une formation. Le Père Chris, l’aumônier ainsi que l’équipe d’aumônerie des étudiants catholiques reconnaît la nécessité de stimuler une Culture de la Vocation, ainsi la vie de famille est honorée, estimée. De simples jeunes adultes sont chargés d’animer des groupes d’étude de la foi, des séminaires de justice sociale, des projets pour les sans logis. Le Père Chris et l’équipe s’impliquent aussi beaucoup pour inviter les étudiants à réfléchir et à envisager un appel à la Vie Consacrée ou au ministère de prêtre.

Pendant mon séjour à Toronto, nous avons célébré la Journée Mondiale de la Vie Consacrée. Pour honorer ce jour, le Père Chris a invité les religieux et religieuses de la Paroisse à venir à toutes les Messes. Une des Soeurs Carmélites fut invitée à une réflexion sur les Lectures de la Liturgie, à travers ces textes, elle a retracé l’histoire de sa vocation. Ensuite tous les religieux et religieuses présents furent invités à renouveler leurs vœux. L’assemblée a applaudi chaleureusement.

Après l’Eucharistie, nous avons été invités au Centre Newman pour voir une exposition sur les différentes Congrégations, prendre quelques rafraîchissements, et échanger avec les personnes présentes. J’ai été profondément touchée par l’esprit d’ouverture des étudiants et leur enthousiasme pour explorer plus avant l’appel de Dieu à la Vie Consacrée.

Trois journées pleines d’espérance pour l‘avenir de la vie consacrée

JPEG - 67.9 ko

Du 9 au 12 mars 2014, Ann Christine et moi-même avons eu le privilège d’être participantes de l’Association Nationale des Directeurs des Services de la Vocation et de la Formation, Conférence qui a lieu deux fois par an, à Toronto, dans l’Ontario.

Notre intervenante, Barbara Reid, OP, nous a immergés dans l’Ecriture Sainte dès l’ouverture du thème de la Conférence : « Promesse, Prophétie et Espérance ». Sa parole était pleine d’énergie, d’humour, de vigueur et de finesse, sur l’appel et la réponse des femmes de la Bible. De nombreux livres de Barbara sont disponibles en anglais et espagnol, aussi j’encourage toutes celles qui ressentent le désir de redécouvrir quelques-unes des histoires enfouies ou déformées de « Promesse, Prophétie et Espérance », vécues par des femmes, dans les Ecritures Hébraïques et le Nouveau Testament, pour y rechercher leurs écrits.

On pouvait percevoir une espérance et un enthousiasme parmi les participants. Il était très évident que la vie consacrée a un avenir, même s’il peut sembler tout à fait différent de ce que la majorité d’entre nous a vécu et aimé.

Trois heures par mois pour discerner sa vocation

Un autre signe de vie, ce sont les rencontres « Spiritus » qui ont lieu au collège St Joseph – le Collège Catholique de l’Université du campus d’Alberta. Tous les mois, des jeunes, hommes et femmes, discernent leur appel pour la vie ; ils se rassemblent de 18 à 21 heures, avec un Brésilien, Oblat et un prêtre Rédemptoriste, un couple marié, deux ou trois religieuses, dont je fais partie.

Nous commençons par la Prière du Soir de l’Eglise, nous partageons un repas tout simple préparé par le chef cuisinier du Collège, puis nous écoutons une réflexion pour approfondir notre compréhension de l’appel de Dieu dans la vie d’une célibataire, d’un couple marié, d’un homme ou d’une femme consacré(e). Nous nous répartissons en petits groupes pour la discussion, suivie d’une brève mise en commun. La soirée se termine par une demi-heure d’Adoration devant le Saint Sacrement, accompagnée par les chants de Taizé.

La semaine passée, une jeune femme, Halley nous a partagé son appel pour les Trappistines. Sa réflexion était si pleine de fraîcheur, de clarté ! Après l’écoute de ce témoignage, il était évident pour nous que Dieu l’appelait et « qu’Il lui restera toujours fidèle ».

Il y a un climat d’ouverture, de confiance, dans le groupe. Je me sens très privilégiée d’y être présente et je suis fortifiée par la foi de ces jeunes adultes dont le cœur est ouvert et désireux de répondre à l’appel de Dieu partout où Il peut les conduire.

Le rassemblement de juin sera facilité par la présence d’un jeune couple qui célébrera son sacrement de mariage en août.

Des Week-end de retraite au bord du lac

Trois ou quatre fois par an, j’ai invité un petit groupe de jeunes femmes à venir à Carey’s Cove, notre petite maison de vacances près du Lac Pigeon, pour un week-end de Retraite.
Nous passons le week-end dans la prière, personnelle et communautaire, le partage, appréciant la beauté de la nature, la découverte du don de l’Ecriture Sainte, et la Célébration de l’Eucharistie dans l’une des églises de la Paroisse.

Voici quelques-uns des thèmes explorés : l’écoute de Dieu dans notre cœur ; Marie, femme de la Parole ; l’Avent, temps de joyeuse attente ; vivre notre baptême ; le discernement ; il y a beaucoup de manières de prier, quelle est la meilleure pour moi ?

Une de ces jeunes deviendra-t-elle Ursuline de Jésus ? Peut-être pas, mais une chose est certaine, c’est que Dieu est au centre de leur vie ; ce sont des femmes d’une foi profonde, et quel que soit le chemin qu’elles prendront pour vivre leur vocation, leur vie reflétera le désir profond qu’elles ont de faire connaître et aimer le Christ dans le monde d’aujourd’hui.

Mary Clare Stack, UJ