La famille de l'Incarnation

La famille de l'Incarnation

menu

Accueil > Fils de Marie Immaculée > Nos lieux de mission > Antilles > Région Antilles

Région Antilles

Les Pères FMI résident dans quatre îles caraîbes :

dans l’île de la Dominique principalement,

en Martinique,

à Sainte Lucie,

à Trinidad.

En Dominique, à Ste Lucie et à Trinidad, la langue officielle est l’anglais, mais on y parle aussi créole comme en Martinique

Histoire de la présence des FMI aux Antilles

L’histoire des FMI aux Antilles commence en 1872, à la Dominique, lorsque à la demande expresse de Mgr Poirier, Évêque de Roseau, les quatre premiers FMI volontaires arrivent à la Dominique. Le Père Hyppolite Couturier travaillera de nombreuses années dans la paroisse de La Plaine, dans l’est de l’île, qui est considérée comme le berceau de notre communauté ici.
Les Pères FMI ont toujours travaillé dans les paroisses les plus isolées du diocèse, et on peut aisément imaginer les difficultés rencontrées et l’isolement des Pères en l’absence de moyens de communication. Il y avait tout à faire et à organiser au plan humain, social et religieux. Il est certain que le ministère des FMI a contribué très largement à l’ établissement et au développement de l’Église dans le diocèse de Roseau, tout particulièrement dans les endroits les plus retirés.
Il y a quelque 30 ans à peine, les deux-tiers du diocèse étaient sous la responsabilité des FMI. Maintenant, notre nombre réduit à sept nous a obligés à nous regrouper sur un ensemble de trois paroisses. L’arrivée de quelques jeunes prêtres FMI compensera à peine le départ à la retraite des plus anciens.

L’histoire des FMI à Sainte Lucie remonte au 18 février 1878 avec l’arrivée des Pères Rondard et Tapon. En décembre 1880, trois autres FMI, les Pères Cadou, Rousseau et Brillouet arrivent à leur tour, à la plus grande joie de l’abbé Rautureau, vicaire Forane de Sainte Lucie, sous l’administration de Port of Spain (Trinidad). Au cours des quinze dernières années du XIXème siècle, Sainte Lucie connaît une forte augmentation de la population, tendance qui va continuer au cours du XXème siècle. En l’absence de clergé antillais, le nombre de prêtres FMI va aussi augmenter.

Le 20 février 1956, le pape Pie XII crée deux nouveaux diocèses aux Antilles : à la Grenade et à Sainte Lucie. Le 11 janvier 1957, le Père Charles Gachet, FMI, est nommé premier évêque de Castries. Au cours de ses 17 années de ministère à la tête du diocèse, Mgr Gachet va développer la création de nouvelles paroisses, la construction de nouvelles églises, et aussi de nombreuses écoles catholiques. Une pastorale des vocations sacerdotales et religieuses soutenue, la réforme liturgique dans l’esprit du Concile Vatican II et une pastorale dynamique contribuent à l’organisation de l’Église à Sainte Lucie, dans laquelle les Pères FMI jouent un rôle déterminant.

La diminution du nombre de vocations en France conduit à la diminution constante du nombre de Pères FMI à Sainte Lucie… Depuis quelques années, il n’y a qu’un seul FMI dans ce diocèse : le P. Raymond Laurent, originaire de Saint Lucie.

En Dominique quelques vocations de jeunes ont amené les Pères FMI à ouvrir une nouvelle Communauté à Trinidad pour accompagner ces jeunes durant leurs études au Séminaire universitaire :
c’est la communauté FMI de San Juan,
près de Port of Spain, capitale de Trinidad.

Le responsable régional des FMI aux Antilles :

P. Michel Favalier

Community FMI,

Rosalie

Commonwealth of Dominica-West Indies