La famille de l'Incarnation

La famille de l'Incarnation

menu

Accueil > Spiritualité > Portes d’entrée pour une spiritualité de l’Incarnation > L’Incarnation : mystère admirable

Other languages :   en     es  

L’Incarnation : mystère admirable

Toutes les versions de cet article : [English] [Español] [français]

1 ère porte d’entrée

Un mystère à admirer : le mystère de l’Incarnation

Cette première « porte d’entrée » veut nous aider à nous situer comme « Famille de l’Incarnation », - puisque c’est notre nom ! - en partant de l’admiration du P. Baudouin pour ce mystère. Elle est proposée pour être vécu en groupe et, comme les autres qui suivront, elle peut faire l’objet de plusieurs rencontres, librement, à partir des différents points …

Un temps d’accueil : partage des évènements, joies...

Présentation de notre nom : Famille de l’Incarnation ! Qui sommes-nous ?

Membres de la Famille de l’Incarnation, c’est ce mystère qui est source de vie pour nous, c’est à cette source que nous sommes invités à puiser.
C’est notre charisme, l’aspect du mystère de Jésus, Verbe Incarné, qui a illuminé le P. Baudouin et qu’il a voulu transmettre aux deux familles religieuses qu’il a fondées.
Aujourd’hui ce charisme est offert aux chrétiens qui le désirent et souhaitent en faire une source de vie.
Le mystère de l’Incarnation pour le P. Baudouin n’était pas séparé des autres mystères de la vie de Jésus. Il disait : l’Incarnation et ses divines suites.

Un temps de partage :
pour moi,
que signifie ce mystère de l’Incarnation ?

Parole du P. Baudouin :

Que les hommes admirent ce qu’ils voudront :

pour nous, ne trouvons d’admirable que l’Incarnation et ses divines suites.
Si vous voulez m’en croire, nous n’irons point à d’autres écoles : celle-ci suffit.

(lettre du 21 mars 1825)

Le P. Baudouin écrit ces mots 10 ans avant sa mort. Ils sont l’expression d’une longue expérience spirituelle.
Dans la vie du P. Baudouin, l’amour du Verbe Incarné (quelques traits) :
- le temps de la « cachette » où il élabore une Règle de vie dont les premiers mots sont « Notre esprit sera l’Esprit du Verbe Incarné »…
- l’engagement du P. Baudouin dans la vie religieuse avec ces mots : « Au nom et à la plus grande gloire du Verbe Incarné… ». Il prend comme nom de religieux : Marie-Joseph de l’Incarnation.
- le mystère de l’Incarnation est pour le P. Baudouin une source de son admiration…

On peut proposer de lire en entier la lettre du 21 mars 1825 et partager quelques réactions…
Lettre sur l’admirable 21 mars 1825
- Moi, aujourd’hui : qu’est-ce que j’admire ?...

Témoignages du Trésor commun :

Comment parler de ce mystère avec des mots d’aujourd’hui ?
Comment ce mystère touche-t-il notre vie ?
Voici quelques témoignages de « Notre Trésor commun ». Ils sont tirés d’une enquête menée dans les Fraternités et les deux Congrégations fondées par le P. Baudouin en vue du lancement de la Famille de I’lncarnation . La question posée était :
Que mettons-nous sous le mot « Spiritualité de l’Incarnation » ?

Le mystère de l’Incarnation, c’est :
- Dieu nous a aimés le premier. « Le Verbe s’est fait chair, et il a habité parmi nous ». Il continue d’habiter parmi nous : c’est vraiment le message… Il habite. »Depuis que Dieu s’est fait homme, tout visage humain devient le lieu de sa rencontre… » (UdJ Livre de vie)
- Jésus s’est fait chair = Il était les mains de Dieu, les yeux de Dieu, le cœur de Dieu au milieu de nous, le regard de Dieu, la tendresse de Dieu… Notre spiritualité doit s’inspirer de tout cela.
- La spiritualité de l’Incarnation est l’Esprit de Jésus vivant dans les situations, les états que vivent les hommes et les femmes d’aujourd’hui, d’où la nécessité de la découvrir dans les partages autour de la Parole…
- Voir les évènements comme des chemins d’Incarnation.
- L’incarnation, c’est rejoindre les plus pauvres, les plus démunis, les plus seuls, dans la prière et la mission.
- C’est la contemplation d’un Dieu qui se fait homme parce qu’il nous aime, parce qu’il nous sauve et qu’il veut notre bonheur.
- C’est le mystère qui fait voir en l’autre le visage du Christ.
- La spiritualité de l’Incarnation nous conduit au fond de l’Amour de Dieu.
- Quand on ouvre les yeux devant les évènements du quotidien pour percevoir les germes de vie,
- Jésus qui se fait notre compagnon de voyage,
- Reconnaître la présence de Dieu dans les gens et dans les évènements. Il demeure avec toute personne, se rend présent en chaque personne,
- Le mystère d’une présence divine. Il nous conduit à vivre avec « étonnement », « révérence », « reconnaissance », « adoration ». Cette présence en chaque être humain dans la nature, l’histoire, les évènements.
- Vivre l’Incarnation, c’est labourer continuellement la terre pour qu’à l’égal de Marie nous soyons disponibles pour aimer et adorer Jésus fait chair en moi et en l’autre, et c’est un exercice quotidien…
- L’Incarnation donne saveur à notre quotidien. Savoir qu’il est présent donne du sens à ma vie.

Quelle parole, témoignage me touche ? Pourquoi ?

Parole de Dieu : « un grain de moutarde à mâcher ».

Avalez un grain de moutarde sans le broyer sous vos dents, vous n’y trouverez aucun goût. Ce sont ceux qui croient en gros, légèrement, sans réfléchir. Mais si vous broyez bien le grain de moutarde et le mâchez bien, alors il pique le palais. Il a du goût et beaucoup. Tels ceux qui réfléchissent et méditent la parole de celui qui a semé le grain de moutarde. P. Baudouin, let. 23-6-1827

Deux paroles à garder au cœur :
- Jn 3, 16 : Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique, pour que tout homme qui croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle.
- Jn 10, 10 : Je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance.
- Trois grands textes à goûter :
- *Jn 1, 1-18 : le Verbe s’est fait chair
- *Lc 2, 26-38 : l’annonciation
- *Ph 2, 1-11 : Lui qui est de condition divine…

Pour une pratique :

Celui qui lit sans pratique est le semeur sur le grand chemin (P. Baudouin)

- Dans la prière : un temps pour « admirer » l’amour de Dieu qui donne son Fils,
- accueillir cet amour de Dieu pour le monde aujourd’hui
- et pour moi personnellement.
- Dans mes relations et mes rencontres : quel est mon regard sur les autres ? Dieu les aime aussi.

Remarque : il est important que chacun(e) puisse repartir de la rencontre, avec une « pratique » en lien avec le contenu de la rencontre et orientée :
- vers une prière personnelle. Même si l’initiation à « l’exercice distinctif » est proposée plus tard, on peut vivre déjà l’un ou l’autre aspect de cet « exercice ».
- vers un « agir » qui touche notre manière de vivre dans nos relations, notre « prochain »…